viabizzuno

worldfr

world

inagawa cemetery
lieu:inagawa, giappone
projet:david chipperfield architects
acheteur:the boenfukyukai foundation
projet éclairage:Viabizzuno with david chipperfield architects
responsable technique de zone:jonathan morrish
photo:katsu tanaka
le cimetière d’inagawa se trouve sur un versant abrupt de la montagne hokusetsu, dans la préfecture de hyogo, à environ 40 km au nord d’osaka. la fondation boenfukyukai a confié le projet de la chapelle et du centre visiteurs du cimetière au cabinet david chipperfield architects. le cimetière s’étend le long des terrasses et est divisé en deux par une rampe d’escalier qui conduit au temple, situé au point le plus haut, et axe d’orientation de l’ensemble du projet. le centre visiteurs et la chapelle ont été projetés comme un seuil entre le monde externe et l’espace du cimetière, calme et contemplatif. un toit à un seul versant suit la ligne de la montagne et accueille la chapelle laïque, le centre visiteurs et la salle de commémoration, rassemblées autour d’une cour centrale à part. les pièces du centre visiteurs donnent sur le jardin de la cour, tandis que la chapelle est séparée et peut être rejointe en parcourant un couloir indépendant, directement accessible depuis l’extérieur ou en montant une rampe depuis le jardin. la chapelle, une pièce vide et silencieuse avec un modeste chauffage et un éclairage artificiel, se veut un espace dédié à la contemplation, pure dans sa forme. grâce à la lumière indirecte du soleil qui arrive des jardins présents des deux côtés, les visiteurs trouvent dans la chapelle le silence favorable au recueillement, tandis que le passage du temps est rythmé par des indicateurs naturels : les changements de la lumière du jour et des feuilles au fil des saisons. la pièce commémorative, qui peut être séparée en trois petites pièces à l’aide d’un rideau plissé, réalisé en papier washi et en tissu, offre un espace pour les célébrations après les rituels. le sol, les murs et le toit sont construits comme des éléments structurels purs et réalisés en ciment, de la même couleur rouge que la terre – poncé pour les sols intérieurs et extérieurs, sablé pour les murs et les intrados – qui donne à l’ensemble de la structure un aspect monolithique. Viabizzuno et le cabinet david chipperfield architects ont créé un système d’éclairage délicieusement essentiel et discret pour cet espace contemplatif. les solutions lumineuses ont été étudiées au cours des différentes années de développement des édifices, permettant au projet d’évoluer. bien que le centre visiteurs ait un aspect homogène, les espaces internes ont différentes fonctions et demandaient des solutions spécifiques. au-delà de l’exigence de pouvoir favoriser des moments de vie et de recueillement, il était essentiel de créer un langage commun entre les éléments d’éclairage. le système n55 de Viabizzuno a été sélectionné pour fournir une lumière tamisée dans tous les espaces intérieurs. dans la chapelle, par exemple, le système vient compléter l’espace architectural pour créer une atmosphère intimiste et silencieuse. la salle de commémoration présente un schéma plus fonctionnel, avec l’utilisation de n55 à suspension avec le verre projeté par mario nanni hm02. la zone externe demandait quant à elle une solution sur mesure. en collaboration avec Viabizzuno, le cabinet david chipperfield architects a développé un nouveau dispositif d’éclairage. silère, qui prend son nom de la locution latine ‘rester en silence’, allie les n55 et des éléments propres au projet architectural de l’espace. sa forme crée une lumière uniforme et intimiste, qui s’accorde parfaitement à la spiritualité du centre visiteurs. silère : du latin sileo, être silencieux, rester en silence. ce terme renvoie à une idée positive du silence, comme forme de communication consciente, en signe de respect à l’égard des autres, à l’inverse de se taire qui indique un silence imposé. l’étymologie grecque de ce mot est bien diverse : selon la mythologie grecque, sylée, fils du dieu poséidon et frère du bon dicaeus, était un brigand qui vivait dans les riches et fertiles régions d’aulis. l’origine même du nom, du grec ancien συλεύω qui signifie « voler », renverrait à sa mauvaise conduite : selon le mythe, tous ceux qui passaient sur ces terres étaient obligés de travailler les vignes à sa place. un jour, hercule en personne passa par là et, comme les autres, fut contraint au travail par sylée. mais le héros réagit avec véhémence en incendiant les vignes et en tuant sylée et sa fille xénodocé, faisant de ce moment inattendu l’une de ses nombreuses épreuves de force. des lampes murales conçues pour le cimetière d’inagawa, dans la préfecture de hyogo, au japon, projetées par le cabinet david chipperfield architects et réalisées par Viabizzuno. des dispositifs d’éclairage pour intérieurs et extérieurs ip55, constitués d’un corps en aluminium peint avec des poudres et par un verre cylindrique transparent en pyrex, branché sur une source énergétique de 3000 k ra 95 jusqu’à 12,4 w 826 lm.

scroll

mouse

HTML 4.01 Valid CSS Page loaded in: 3.089 - Powered by Simplit CMS