viabizzuno

worldfr

world

ap house
lieu:urbino, italia
projet:gga gardini gibertini architetti
projet éclairage:rossibianchi lighting design e gga gardini gibertini architetti
responsable technique de zone:maicol fedrigo
photo:ezio manciucca
ap house témoigne de la renaissance d’un ancien bourg niché sur les hauteurs de l’une des plus hautes collines de la région d’urbino, qui offre un paysage à couper le souffle. le nouveau réseau d’édifice se dresse sur les vestiges d’un ancien complexe remontant à l’époque de la commune (fin du xie siècle). reliées entre elles au niveau souterrain, les structures reposent sur une plate-forme de ciment rouge qui domine le paysage alentour. le hameau de maisons, qui constitue une seule unité habitable, rétablissant un dialogue direct et emphatique entre les nouvelles constructions et la stratification historique du paysage, redonne un rôle central au lieu. les édifices, dans leur coque de pierre, sans superfétation comme des gouttières ou autres, dans leurs proportions mesurées, s’offrent au paysage tels des constructions pures, discrètes et silencieuses, retrouvant leur propre identité et appartenance culturelle à la racine rurale des lieux. le projet, si dans sa rigueur compositionnelle et volumétrique reprend fidèlement les thèmes formels de la tradition des marches, à l’intérieur, dans le traitement des matériaux, dans l’élaboration des plans et l’ameublement complètement réalisé sur mesure, revendique une véritable modernité. la structure périmétrique en béton armé avec façade en pierres apparentes, vide l’espace et libère le volume interne de tout autre élément portant. matière et lumière redeviennent ainsi des éléments de compositions primordiaux. le projet d’éclairage est radical : c’est la structure elle-même qui devient l’élément central de l’espace, afin de mettre en avant la nature des matériaux. dans les espaces internes, le ciment perforé et fendu du plafond et des murs devient partie intégrante des dispositifs d’éclairage. le projet de la lumière se déplace sur deux niveaux fonctionnels divers : l’un plus intime et naturel, l’autre plus technique et performant. une lumière douce et diffuse souligne de manière naturelle le rythme des espaces et des surfaces. la lampe foro, dessinée par peter zumthor en 2003, noyée dans la structure des semelles, est la bougie qui invite au recueillement autour des espaces les plus intimes de la maison. logés dans les intrados, les spots sur rail droid, projetés par antoni arola en 2013, soulignent les détails des œuvres artistiques placées sur les murs, les sculptures au sol et sur les meubles. au premier étage, organisée autour d’une vaste coursive, une série de lampes verticales en lésène, dessinées spécialement pour ce type d’espace et logées dans le ciment, dans des niches périmétriques, éclairent l’intrados de la couverture en restituant une lumière tamisée et un éclairage diffus dans toute la zone nuit. afin d’éviter le stationnement et la vue de tout véhicule depuis le jardin, l’accès principal à la villa se fait depuis le sous-sol dans le grand garage. dans cet espace, en plus des zones techniques et des machines en tous genres, on trouve une salle de cinéma, une galerie d‘exposition qui fait le lien entre l’édifice principal et la dépendance, ainsi qu’une salle de sport et un spa. depuis le sous-sol, les escaliers conduisent directement au cœur de l’édifice principal, d’où s’ouvre la superbe vue sur le paysage de collines et sur l’espace extérieur de la piscine. la dépendance, avec son cadre périmétrique en bois, a été constituée sur les vestiges d’une grange. dans le jardin, dès les premières heures de la nuit, la magie se réalise : la lumière suspend les volumes et élargit la pierre.

scroll

mouse

HTML 4.01 Valid CSS Page loaded in: 3.179 - Powered by Simplit CMS