viabizzuno

worldfr

world

villa à rovereto
lieu:rovereto, trento
projet:arch. luca marastoni
acheteur:privato
projet éclairage:studio marastoni architetti e ingegneri associati
revendeur Viabizzuno:luce e design, trento
responsable technique de zone:sonia schiavone
chef de travailleur:ing. marco pedri
comme c'est souvent le cas, le lieu a suggéré les grandes lignes de cette intervention. la montagne, sur le versant ouest, en direction de la vallée de l'adige, forme l'écrin naturel d'une architecture qui se met à l'abri du bois, derrière une paroi curbiligne revêtue de pierre et dont les grandes baies vitrées sont orientées vers le coucher du soleil pour vivre en symbiose avec un panorama exceptionnel. le grand bow-window qui délimite la zone jour s'étend sur toute la hauteur, de telle sorte que l'intérieur et l'extérieur se fondent. pareillement, le parquet en rouvre blanchi, qui couvre toute la superficie interne, s'étend à la grande terrasse pour garantir l'alignement de la pose et pour éliminer les limites physiques de la structure. pierre, bois et verre sont les éléments clés du projet dont les principes essentiels sont exprimés par la façade principale: une grande ligne courbe qui délimite et protège des volumes que leurs fonctions respectives différencient clairement. cette cohérence entre le plan et la façade permet de maîtriser, au plan formel, la continuité philologique de l'intervention qui guide et oriente la pensée architecturale. la structure de l'édifice est réalisée à l'aide d'une ossature en ciment armé et de murs portants en maçonnerie de poroton partiellement revêtue de pierre calcaire. compte tenu de la forme curbiligne, la conception de la toiture a nécessité une attention toute particulière concernant la ventilation pour laquelle ont été mises en œuvre des solutions spécifiques de raccordement à hauteur de la partie centrale. l'ensemble est réalisé à l'aide d'une structure portante en poutres de sapin multipli blanchi, d'éléments isolants en fibres de bois pressées et d'une couverture en feuilles de rheinzink. les différents espaces internes s'agencent autour du double volume qui par un jeu de plans verticaux et horizontaux caractérise toute la zone jour. les planchers, “lisibles”, sont élevés au rang d'éléments architecturaux et sont maintenus visibles par le biais de garde-corps vitrés sans montants. les quatre piliers qui séparent la salle à manger du salon soulignent l'alignement structurel du mur principal de la bâtisse, qui de la sorte fait partie intégrante de l'aménagement interne sans être cantonné à sa seule fonction statique. tout l'ameublement, en rouvre blanchi, mdf laqué blanc et fer naturel, a été réalisé sur mesure et complète la structure sans altérer la ligne projectuelle, pour conférer une harmonie de langage à l'habitation. les lignes dépouillées se marient aux matériaux de revêtement qui suggèrent les fonctions au sein des espaces, ainsi la mosaïque rectangulaire en grès noir habille uniquement l'angle paroi - mur sous les sanitaires de la salle de bains secondaire. la grande salle de bains a été conçue pour fondre l'intérieur et l'extérieur dans un grand volume aérien au sein duquel la paroi ouest est remplacée par une grande baie vitrée. de la sorte, la salle de bains jouit de l'espace extérieur pour étendre ses dimensions pourtant généreuses. comme toujours l'éclairage joue un rôle essentiel pour transformer le volume créé en une sensation. la lumière naturelle et la lumière artificielle épousent le rythme de la villa et soulignent les espaces et les matériaux utilisés: lumières rasantes pour accentuer le relief de la pierre ou la vibration horizontale des listels de bois; corps d'éclairage encastrés pour assurer un effet scénique et créer des lignes d'ombre, plutôt que de lumière; peu d'éléments externes pour l'aménagement; extérieur où, outre la fonction d'éclairage, devient nécessaire une présence suggestive y compris en l'absence de lumière. comme toujours l'éclairage joue un rôle essentiel pour transformer le volume créé en une sensation. la lumière naturelle et la lumière artificielle épousent le rythme de la villa et soulignent les espaces et les matériaux utilisés: lumières rasantes pour accentuer le relief de la pierre ou la vibration horizontale des listels de bois; corps d'éclairage encastrés pour assurer un effet scénique et créer des lignes d'ombre, plutôt que de lumière; peu d'éléments externes pour l'aménagement; extérieur où, outre la fonction d'éclairage, devient nécessaire une présence suggestive y compris en l'absence de lumière.

scroll

mouse

HTML 4.01 Valid CSS Page loaded in: 3.136 - Powered by Simplit CMS